• estellebochert

Notre puissance !




Ici j’avais envie de parler de nous, les femmes, notre clan, celui qui passe pour le sexe faible, celui qu’on n’hésite pas à remettre à sa place !


Mais quelle place ?


Qui décide de notre place ?


Qui s’arroge le droit de nous dire, quel métier, quel poste, quel salaire, quelle coupe de cheveux, quelle tenue, quels rêves…nous devons avoir.


Et d’abord c’est quoi notre place ?


Celle de la « femme de.. », la « mère de … » ?

Celle de rester à la maison pour s’occuper des enfants ?

Parce que c’est bien connu il y a ce « fameux instinct maternel » que ne connaissent que les femmes et qui les culpabilisent tellement quand elles osent sortir de la maison pour s’émanciper et se développer professionnellement !


Celle de gérer l’intendance familiale, les repas, les courses, le linge, le ménage ?

C’est bien évidemment, elles ont hérité ça de leurs mères ! Et je ne leur jette pas la pierre, c’est une tradition ancestrale, aux petites filles la ménagère & aux garçons l’établi de bricolage !

Et c’est ainsi depuis la nuit des temps … mais nous ne sommes plus au temps de la préhistoire, il n’y a plus de mammouth à chasser !


Celle de la secrétaire, la coiffeuse, de la mam’preneure qui développe son petit truc dans son coin mais qui surtout ne fait pas de vague ?

« oh c’est juste un complément de revenu » ! Mais surtout ne pas prendre le devant de la scène, s’autoriser à se présenter comme cheffe d’entreprise, leader, à créer du revenu, des emplois… « non, non je reste à ma place parce qu’ils ont besoin de moi et si je m’investis trop je ne pourrais pas être disponible pour ma famille ! »


Alors moi je dis, que c’est à nous de prendre notre place et de montrer notre puissance.

La société, les autres, le « qu'en-dira-t-on » peuvent bien nous mettre des battons dans les roues, à nous d’imposer nos droits puisqu’on ne nous les donne pas d’office.


Je trouve tellement dommage de devoir lutter pour bénéficier de ce qui nous revient ! Comme si encore une fois, c’était un cadeau, une faveur qu’on nous faisait !


Et bien tant pis, luttons, osons, faisons voler en éclat les croyances communes.

Et surtout faisons voler nos propres croyances !


Trop souvent, tu t’effaces, tu te fais passer après ton conjoint, tes enfants, tes amis, ton entourage, tes clients, tes collaborateurs ou collègues !


Trop souvent, tu négliges ton bien être et laisses-tu l’extérieur gérer, envahir, écraser ton espace-temps et ton espace mémoire !


Sais-tu quelles conséquences cela peut avoir sur toi ? Mais aussi finalement sur ton entourage, dans tes relations personnelles comme professionnelles !


Pourquoi as-tu le sentiment de ne pas maitriser ton temps ?

D'être perpétuellement sous un tsunami de choses à faire et à penser ?


Trop souvent, je constate que les femmes qui s’adressent à moi n’osent pas, culpabilisent et sont frustrées.


Elles n’osent pas se faire passer en priorité,

sortir de l’ombre, prendre du temps pour elles.

Elles n’osent pas dire « non » et se laissent envahir par les urgences et sollicitations des autres.


Parce que « on » leur a appris que c’est primordial de bien s’occuper de sa famille et de faire passer les besoins des autres avant les leurs, qu’elles doivent se « sacrifier » pour leurs enfants, leur conjoint, leur famille, leur entourage…


Sauf que pour bien s’occuper de sa famille, pour bien gérer son entreprise, pour être pleine d’énergie, de créativité pour être attentive aux besoins des autres, il est indispensable de se sentir bien soi-même.


Comment veux tu faire autrement ?

Quand tu es au fond du trou ou que tu avances comme une poule sans tête

Ou encore la tête dans le guidon, coûte que coûte, tu avances,

Penses-tu réellement être prête, disposée, attentive à ton entourage ?

Penses-tu réellement que ton entourage ne ressent pas ton stress ?

Cet état de stress n’est-il pas source de conflit ?


Et si malgré tout, tu ne le fais pas pour toi, et bien fais le pour les autres !


Alors ose, impose ton espace-temps, tes choix d’organisation, tes besoins de temps pour toi, pour te développer personnellement et professionnellement.


Ose dire Stop, Non, plus tard, …



Elles culpabilisent.

"Est-ce que je ne pénalise pas quelqu’un quand je pends du temps pour moi ?"

"Si je fais une pause, je n’aurai pas le temps de terminer tout ce que j’ai à faire !"


Mais qui t’impose ta liste de tâches ?

Qui te mets cette pression ?

A part toi-même ?


Tu mérites le meilleur, tu mérites du repos, tu mérites de prendre du temps pour ce qui compte pour toi ! Tu mérites de choisir sur quoi tu vas passer du temps !


Elles sont frustrées,

car elles se mettent la pression, s’imposent des rythmes qui ne sont pas les leurs, comblent tous les trous de leurs journées et pourtant n’arrivent pas à tout cocher sur leurs todolists à rallonge !

Arrive le soir avec un sentiment d’inachevé et de frustration car malgré toute leur bonne volonté elles n’ont pas réussi à prendre un peu de temps pour elles.


Je suis convaincue de

- la nécessité de reprendre notre pouvoir, de reprendre notre place et sortir de l’ombre et laisser une chance à nos rêves

- l’importance de prendre du temps pour soi quand on est multi-casquettes. On ne peut pas être disponible pour les autres si on ne s’aide pas soi-même. Se préserver une bulle personnelle où personne ne pourra venir nous perturber.

- l’obligation de ne pas se laisser envahir pas les urgences et sollicitations des autres si on veut maitriser son temps.

- la puissance de travailler son propre rapport au temps pour gagner en productivité et ainsi se libérer du temps pour soi.


Il existe un roman de Christine Barbaste, qui s’intitule : « Mange, Prie, Aime »


Moi je dirais : « Ose, déculpabilise, repends ta place »

et retrouve ta puissance en étant généreuse avec toi-même !


20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Cet article t'a intéressée et tu souhaites en savoir plus sur comment mieux optimiser ton temps, laisse moi tes coordonnées